9 juin 2012

La physalie

Par Enzo

De couleur irisée et transparente, la physalie, dont le pouvoir urticant est presque aussi terrible que la morsure venimeuse du cobra, flotte librement à la surface de la mer.

Il arrive occasionnellement que de violentes tempêtes en rabattent des milliers sur les côtes. Toute physalie forme en fait une colonie de quatre types différents de polypes.

Physalie

La partie visible de l’animal est un vaste sac membraneux appelé pneumatophore, rempli d’un gaz. Ce pneumatophore, dont la couleur varie du bleu au pourpre en passant par bleu lavande, rose et écarlate, peut atteindre 30 cm de long, 15 cm de haut et 15 cm de diamètre. Le dessus de ce polype sustentateur est surmonté d’une crête, tandis que le dessous se prolonge par de nombreux polypes suspendus; certains sont spécialisés pour la nutrition, d’autres pour la reproduction. De longs tentacules enfin, mesurant plus de 12 m et armés de cellules urticantes, servent à attraper les proies.
La physalie est répandue dans presque toutes les mers chaudes du globe; elle se trouve aussi dans l’Atlantique Nord, où elle reste ordinairement confinée à une aire alimentée par les courants tempérés du Gulf Stream. Elle est commune dans les régions tropicales et subtropicales des océans Indien et Pacifique; au large des côtes de la Nouvelle-Galles du Sud, Australie, ses apparitions créent un danger pour les baigneurs.