Tanzanie – Un trek au Kilimandjaro

  • Sumo

C’est en 1889 que l’explorateur Hans Meyer gravit le Kilimandjaro pour la première fois. Le toit du monde africain est formé de trois cratères le Shira à l’ouest, leMawenzi faisant 5418 mètres d’altitude à l’est et le Kibo au centre. La montagne est entourée de glaciers, l’Huhuru Peak est le point culminant du continent africain, à 5895 mètres d’altitude.Situé en Tanzanie, le Kilimandjaro s’élève au-dessus de la savane qui mène à une forêt dense, mais aussi à des prairies alpines qui s’étendent jusqu’au désert volcanique. Au sommet, généralement, vous contournerez les séracs (glaciers).

Kilimandjaro- Kenya

Plusieurs voies sont possibles pour atteindre le sommet. La voie Marangu, possède des refuges pour accueillir les randonneurs, le chemin est unique, un chef guide et des assistants vous aideront à entamer l’ascension du plus haut sommet d’Afrique. Il est obligatoire d’avoir recours à cet encadrement local, si on veut obtenir l’autorisation de gravir le Kilimandjaro. La voie Marangu fait une distance de 100 kilomètres environ aller-retour, c’est l’itinéraire le plus facile. L’entrée du parc est payante, le terrain ne comporte pas de difficultés particulières. Vous devez néanmoins vous adapter à l’altitude. C’est pour cette raison qu’il est préférable d’être entraîné avant de commencer.

Le premier jour vous arriverez aux portes du parc où vous devrez régler les formalités administratives. Vous traverserez une forêt avant d’arriver à Mandara Hut, à 2743 mètres d’altitude.

La forêt est peuplée de nombreux animaux comme des éléphants, des buffles, des rhinocéros, des singes ou des léopards. Déjà le manque d’oxygène commencera à se faire ressentir, vous devrez sans doute ralentir le pas avant de vous adapter pleinement. Mandara Hut est un refuge entouré de forêt.

Le deuxième jour vous quitterez peu à peu la forêt, traverserez des prairies d’herbes hautes pour atteindre Horombo Hut à 3720 mètres.

Le troisième jour, l’on vous conseillera sûrement d’emprunter la Upper route, en chemin vous pourrez vous réapprovisionner en eau. Au col qui sépare Mawenzi et Kibo, vous rencontrerez peut-être des troupeaux d’élans. Au bout de plusieurs kilomètres, vous arriverez sur un plateau désertique et volcanique, entre le Mawensi et leKilimandjaro. Le paysage rencontré sera lunaire. En continuant votre chemin durant encore quelques heures, vous accèderez à Kibo hut.

Le quatrième jour, la marche s’effectuera la majorité du temps de nuit. Au bout de six heures de marche vous atteindrez le premier sommet du cratère Gillsman point. Vous ne serez plus qu’à une heure trente de Uhuru Peak, le point culminant.

Lorsque vous arriverez à Uhuru, vous pourrez aller admirer les falaises de glaces : vision grandiose du paysage. Vous profiterez de cet instant magique pour immortaliser grâce à votre appareil photo un merveilleux coucher de soleil.

Ensuite, vous devrez malheureusement commencer à penser à la descente. Afin de ne pas se laisser prendre au piège par la nuit, les descente s’effectuera en courant jusqu’à Kibo Hut, où vous vous reposerez.Le cinquième et dernier jour, vous descendrez jusqu’à Marangu. On vous donnera un diplôme en souvenir.
Cette brève description du programme effectué par la voie Marangu est faite pour vous donner une idée, cependant, sur place, le guide peut à tout moment modifier son itinéraire pour des raisons météorologiques ou autres.

La voie Machame, elle, est beaucoup plus sauvage, elle ne possède aucun refuge. Ce sentier fait découvrir aux randonneurs avisés les aspects les plus authentiques du Kilimandjaro. La descente s’effectue par la voie Mweka.

Les cinq autres voies officielles qui vont au sommet du Kilimandjaro sont un peu moins connues et sans nul doute plus difficiles : voie Shira, voie Umbwe, voie Lemosho(presque identique à la voie Shira) et voie Rongaï.

Il est possible de gravir le Kilimandjaro par l’ouest ou le sud (voie Machame, Umbwe et Shira) et par le nord et l’est (voies Rongaï et Marangu).

Les périodes sèches sont conseillées pour faire du trekking au Kilimandjaro. Les mois de juillet, août et décembre sont les mois les plus fréquentés. A l’inverse, janvier, février et septembre ont moins de succès ce sont pourtant des mois au climat sec. Si vous souhaitez faire du trekking en évitant l’affluence touristique, n’hésitez pas à partir à ces périodes.

Pour se rendre au Kilimandjaro vous pouvez prendre un avion jusqu’à Kilimandjaro Airport ou faire un détour par Nairobi au Kenya. Les vols vers Nairobi sont moins chers, mais vous devez prendre une navette pour rejoindre Arusha, ce qui correspond à six heures de trajet en bus. Les vols vers l’aéroport international de Kilimandjaro sont donc plus chers mais beaucoup plus pratiques.

Le visa pour entrer en Tanzanie est obligatoire, faites vos démarches avant de faire le voyage.
De plus équipez-vous bien pour le trekking : sac de couchage, sac de voyage, sac à dos, bonnets, gants, vestes gourdes… sont des accessoires indispensables.
Un permis de trek est aussi obligatoire pour commencer l’ascension, pour l’obtiendrez à l’entrée du parc, en payant un forfait. Si vous restez un peu plus longtemps, vous aurez l’occasion de visiter le parc national du Kilimandjaro. 

De nombreuses espèces animales y sont dénombrées : 140 espèces de mammifères dont 25 carnivores, 25 d’antilopes, 24 de chauve-souris et 7 de singes. Le parc est un espace protégé.

L’ascension du Kilimandjaro est à la portée de tous, mais nécessite que l’on soit en bonne santé. Le plus dur est de supporter le mal des montagnes. Il vaut mieux se préparer physiquement avant de se lancer. Lors de votre trekking vous ne serez jamais seul, un guide vous accompagnera obligatoirement. Les paysages que vous découvrirez seront superbes. Vous apercevrez aussi une grande diversité d’animaux sauvages. En osmose avec la nature, vous serez fiers d’avoir gravi le plus haut sommet d’Afrique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *