La Malaisie retourne des milliers de tonnes de déchets à l’envoyeur

Comme nous le savons tous maintenant, le problème de l’élimination des déchets est devenu primordial et nous essayons de trouver de nombreuses solutions pour le rendre plus durable. Malheureusement, ils ne sont pas tous efficaces et de nombreux pays finissent par créer une énorme quantité de déchets difficiles à placer.

L’une des solutions est souvent représentée par des canaux illégaux, c’est-à-dire par les organisations qui sont payées pour gérer le problème des déchets mais qui s’en débarrassent simplement en l’envoyant dans les pays les plus défavorisés de la planète.

À cet égard, un événement capital s’est produit en 2018: la Chine a décidé de bloquer l’importation de déchets destinés au recyclage ou à la destruction. Cela a d’abord paralysé le transfert des ordures ménagères, mais les organisations (légales mais surtout illégales) ont vite trouvé d’autres moyens: acheminer les conteneurs dans d’autres pays moins « bruyants » que la Chine, qui pourraient accepter passivement ce destin inquiétant. L’un d’entre eux est la Malaisie, qui – selon les autorités – a toutefois décidé de ne pas se résigner à devenir la décharge des pays les plus riches, entamant ainsi une contre-offensive.

Après la fermeture des lignes vers la Chine, vers la Malaisie et les autres pays en développement, des centaines de conteneurs contenant des câbles électriques en provenance du Royaume-Uni, des cartons à lait en provenance d’Australie, toutes sortes d’appareils domestiques en provenance des États-Unis ont été envoyés du Canada, du Japon, d’Arabie saoudite et de divers pays européens. Par exemple, une seule société anglaise a envoyé 55 000 tonnes de déchets plastiques en Malaisie en 2 ans, distribuées dans plus de 1 000 conteneurs. Une situation, facile à comprendre, absolument insoutenable.

C’est pourquoi le ministre de l’Environnement, Yeo Bee, a déclaré que la Malaisie ne bloquerait pas seulement les déchets, mais que 3 300 tonnes de déchets non recyclables en provenance des États-Unis, du Royaume-Uni, du Canada et de l’Australie seraient progressivement renvoyées.

Qu’il s’agisse de l’exploitation du travail, de l’extraction des ressources ou de l’envoi de déchets, malheureusement, l’histoire est toujours la même: trop souvent, les pays les plus riches ont tendance à utiliser les zones les plus pauvres de la planète comme s’il s’agissait de terres à exploiter à leur guise. Nous espérons que le blocus imposé par la Malaisie, avec les transferts de déchets consécutifs inversés, donnera un signal fort aux puissances mondiales: nous ne pouvons plus mettre les ordures sous le tapis, il est temps de mettre en œuvre des stratégies réelles et efficaces pour en produire moins. et de recycler plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *