Bœuf domestique

Bœuf domestique
  • Sumo





Histoire : Bœuf domestique

Cette superbe fresque a été découverte sur une roche en plein air, à proximité des grottes de Jabarren, au cœur du Sahara; cette région, actuellement désertique, devait donc être autrefois une riche zone d’élevage. Les boeufs qui y sont représentés appartiennent à deux espèces distinctes: ceux qui portent d’élégantes cornes en forme de lyre correspondent à l’espèce africaine, Bos africanus; les autres, aux cornes plus massives et figurées ici dirigées vers l’avant, sont des boeufs à fortes cornes, Bos brachyceros. En avant du troupeau, on voit un animal abattu, dont on a détaché une patte. Cette image montre que l’homme primitif entretenait déjà des troupeaux en état de semi-domestication. Parmi les ruminants à grandes cornes creuses de la famille des bovidés, les deux espèces principales domestiquées par l’homme sont, en Occident, le boeuf — dont il est traité ici — et dans le Sud-Est asiatique
boeuf-domestique
et l’Afrique, le zébu. Les boeufs domestiques (Bos taurus) dérivent tous de l’auroch (Bos primigenius) qui vivait à l’état sauvage dans les grandes forêts d’Europe et d’Asie et se serait éteint au début du XVIIe siècle (le dernier survivant serait mort, en Pologne, en 1627). Dans cette espèce, le taureau atteignait 2 m au garrot et portait de longues cornes recourbées. Sa robe était noire, avec une bande blanche courant jusqu’au milieu du dos et une touffe de poils blancs frisés entre les cornes; le mufle était grisâtre. La femelle était plus petite, d’un brun rouge avec quelques taches noires et fauves. Les petits étaient roux. La taille, la couleur et la forme des cornes variaient beaucoup selon les régions, et ces différences se reflètent encore dans la multiplicité des races de bovins que l’on rencontre en Europe. On ignore où et quand se fit la première domestication. On sait, en revanche, que dès 2500 av. J.-C., il existait déjà plusieurs variétés distinctes de bétail: les peintures égyptiennes permettent de distinguer un type sans cornes, un type à cornes petites et un type longuement encorné.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*