Le Royaume-Uni interdit la vente de chiens et de chats de moins de 6 mois dans les animaleries

La Grande-Bretagne vient d’interdire aux animaleries de vendre des chiots et des chatons dans le but de lutter contre l’exploitation et les abus des animaux.

Le gouvernement a annoncé qu’il adopterait le projet de loi l’année prochaine après la tenue de consultations publiques montrant que 95% des personnes interrogées étaient favorables à l’interdiction.

« Cela signifie que toute personne cherchant à acheter ou à adopter un chiot ou un chaton de moins de six mois devra soit traiter directement avec l’éleveur, soit avec un centre de relogement des animaux », a déclaré dimanche le département de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales (Defra). partie de sa poussée de bien-être des animaux de Noël.

Cette mesure s’appelle communément la loi de Lucy en l’honneur d’un Cavalier King Charles Spaniel, sauvé d’une ferme à chiots au pays de Galles en 2013.

Lucy, décédée en 2016, a passé la majeure partie de sa vie dans une cage et était incapable de se reproduire à cause de son manque de mouvement.

La militante Lisa Garner l’a ramenée chez elle et a lancé une campagne de sensibilisation aux médias sociaux qui a changé la façon dont les Britanniques obtiennent leurs animaux domestiques.

Le gouvernement a déclaré que la nouvelle loi aiderait à « mettre fin aux conditions de bien-être terribles rencontrées dans l’élevage de chiots et à résoudre toute une série de problèmes existants en matière de bien-être animal ».

‘Bon début dans la vie’

Le gouvernement estime que cette interdiction empêchera les « éleveurs à fort volume et à faible revenu », qu’ils soient titulaires d’une licence ou non, d’inonder les animaleries de chiots et de chatons élevés dans des conditions contraires à l’éthique.

Le Defra n’a publié aucun chiffre estimant le nombre de ventes que la nouvelle législation affecterait.

Cependant, Claire Horton, responsable du Battersea Dogs Home de Londres, a déclaré que les règles « garantiront que les animaux de compagnie bien-aimés du pays prennent le bon départ dans la vie ».

Battersea a fait l’objet de plusieurs séries télévisées populaires sur les sauvetages d’animaux domestiques et les soins qui reflètent l’affection générale des Britanniques pour les chats et les chiens.

L’association caritative vétérinaire du Dispensary for Sick Animals (PDSA) du Royaume-Uni a déclaré que 49% des adultes britanniques possédaient au moins un animal de compagnie en 2018.

La population de chats estimée à 11,1 millions de chats de PDSA a dépassé les 8,9 millions de chiens et 1 million de lapins, dont le nombre a presque diminué de moitié depuis 2011.

Le gouvernement britannique a lancé au cours des derniers mois un certain nombre d’initiatives en faveur du bien-être animal que les activistes espèrent que d’autres pays européens suivront bientôt.

En octobre, une loi interdisait aux magasins licenciés de s’occuper de chiots et de chatons âgés de moins de huit semaines.

Le Defra étudie actuellement une législation exigeant que tous les centres de sauvetage et de relogement non commerciaux détiennent une licence.

Il a également exhorté les familles à éviter la tentation d’acheter à leurs enfants des animaux mignons comme des cadeaux de Noël.

« Cela comporte un certain nombre de risques et peut avoir des conséquences tragiques pour le bien-être des animaux lorsque ceux-ci sont soit abandonnés, soit confiés à des centres de relogement », a déclaré Defra. « Les animaux domestiques ne doivent pas être achetés comme une surprise. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *