Bolivie – Circuit sur les réserves de sel

Bolivie – Circuit sur les réserves de sel
  • Sumo





bolivie

Bolivie

La Bolivie se situe en Amérique du Sud, entourée par le Brésil, le Chili, le Pérou et l’Argentine. Elle n’a pas d’accès à la mer. Vous visiterez ses voisins pour leurs littoraux mais vous viendrez en Bolivie pour ses terres et ses montagnes. Le paradis des randonneurs, venus plonger dans les grands espaces andins.

Quant partir ?
A la saison sèche, entre mai et octobre, mais il vous faudra prévoir tee-shirts légers et polaire en même temps, tant le climat change en fonction de la région et l’altitude. Températures étouffantes le jour et vent très froid la nuit ne sont pas rares, surtout en montagne.

La Bolivie possède 5 régions géographiques bien distinctes. Deux cordillères montagneuses entourent un haut plateau, nommé l’Altiplano, haut de 3000 mètres. A l’ouest de l’Altiplano, la cordillère occidentale, volcanique et aride, dominée par des volcans tel leSajama de 6542 mètres, point culminant du pays. A l’est, la cordillère Royale, qui porte bien son nom : 500 km de montagnes larges de 30km, avec des pics dépassant les 5000 mètres comme le Nevado Illimani, massif de 6400 mètres. La Paz, la capitale administrative,  se situe dans la vallée de ce massif. Les yungas, au nord est de La Paz sur le rebord de la cordillère orientale, est une région humide et fertile où l’Amazonie rejoint les Andes. Il est possible de rejoindre la ville de Corioco en empruntant le chemin précolombien, un sentier de randonnée magnifique à travers la jungle.

A l’est de la cordillère et au cœur du pays, les vallées sont tempérées et humides, recouvertes de forêts, cultures fertiles, tels café et soja. C’est le grenier de la Bolivie. L’Oriente est une région qui représente 70% du pays où se trouvent l’Amazonie et le Pantanal, qui couvre aussi le Brésil. La végétation y est luxuriante, et la faune abondante. Au sud, le Chacoaccueille également une belle faune… et de nombreux gisements de pétrole.

Ce pays andin, deux fois plus grand que la France, fut peuplé par des civilisations successives dont la civilisation Inca jusqu’à la colonisation des espagnols en 1539. Attirés par les richesses des indigènes présents mais surtout par les immenses mines d’argent àPotosi, les espagnols agrandirent leur territoire et la Bolivie fit partie de la vice-royauté du Pérou jusqu’en 1779, avant de passer sous le contrôle de la vice-royauté du Río de la Plata.
L’indépendance du pays fut obtenue en 1825 grâce à Bolivar, général et homme politique qui donna son nom au pays. Les Caudillos,ces leaders idéologiques qui tentèrent de garder le pouvoir jusqu’au début du XXème siècle marquèrent l’ère d’une indépendance fragile et instable. La démocratie trouva un relative équilibre face à des mouvements révolutionnaires dans les années 60, puis une succession de dictatures jusqu’en 1980. Une crise sociale explosa encore en 2000, avec comme sujet la nationalisation de gisements de pétrole laissés aux américains et européens. L’histoire de la Bolivie reste liée à ses ressources naturelles, et son peuple espère encore une stabilité afin d’augmenter son niveau de vie, l’un des plus bas d’Amérique latine.

Il y a aujourd’hui 3 langues officielles, l’espagnol, l’aymara, et le quetchua. La population parle les trois en général, mais dans les zones montagneuses il vous faudra un dictionnaire espagnol/aymara et quetchua. Sur les 9 millions d’habitants, 55% sont Amérindiens (Quechua et Aymara), 30% métis et 15% européens.

Les boliviens sont très fidèles à leurs traditions ancestrales, dans tous les domaines. La médecine mélange médecins traditionnels et guérisseurs magiciens, les curanderos ; la religion est un mix de catholicisme et de religion animiste, avec le dieu de la montagne Achachila que l’on honore dans la cordillère en posant des cailloux les uns sur les autres, ou l’adoration de la terre mère Pachamama ; la musique mêle la lambada, l’inspiration afro péruvienne et  américaine…

Voyager en Bolivie est très économique. La monnaie est le Boliviano. Les hébergements sont bon marché, la cuisine également, avec comme base les pommes de terre. Les moyens de transport sont également corrects…mais de piètre qualité.
Le réseau routier est encore très rural et l’asphalte est rare. Si vous devez voyager en bus, réservez à l’avance et n’hésitez pas à prendre le bus le plus cher. Le train est aussi économique mais il vous faudra acheter vos billets le jour même au terme d’une longue queue. Certaines liaisons internes par avion sont possibles, en passant par une agence de voyage. Plus cher mais beaucoup plus rapide.

Il est bon d’arriver en Bolivie à Santa Cruz de la Sierra puis Cochabamba, à 2600 mètres. Atterrir à La Paz à 4500m risque d’être fort difficile et vous souffrirez du mal de l’altitude. Au retour pas de soucis. Vous pouvez rejoindre La Paz, la capitale la plus haute au monde et le centre culturel du pays, bouillonnante jour et nuit. Cela sera une étape pour rejoindre Copacabana, un petit village posé sur les rives dulac Titicaca.  C’est le plus grand lac d’Amérique du sud avec 8500km2. Une pure merveille, paradis des photographes, amateurs de légendes et randonneurs.

Pour ces mêmes randonneurs, le Salar de Uyuni est souvent l’un des buts du voyage bolivien. Situé au sud ouest du pays, sur les hauts plateaux, c’est le plus grand désert de sel au monde avec une superficie de 12 500km2, situé à 3700 mètres d’altitude. Une croute de sel immaculée se profile à perte de vue. Des cactus immenses parfois, des réserves de sel coniques, un hôtel en sel, c’est féerique ! Ne vous y aventurez pas sans guide, c’est un désert…
Le Sud Lipez, à la pointe sud est aussi splendide. Paysages époustouflants avec différentes formations rocheuses, des petits geysers à 5000 mètres, et de vastes lagunes qui changent de couleurs au fil de la journée.

Les habitants sont très accueillants et heureux ! Les villes de Sucre et Potosi sont à découvrir, elles gardent un passé colonial très présent, malgré leur pauvreté.

La Réserve nationale de faune andine Eduardo Avaroa, à la pointe sud, protège 7 000km2 de terres, et accueille notamment la Lugana Verde, une lagune émeraude, au pied du volcan Licancabur. Si vous voulez pénétrer dans la forêt amazonienne, vous partirez en pirogue au départ de la ville Rurrenebaque, sur la rivière Beni, à proximité du parc national de Madidi dont elle est une des portes d’entrée. Sensations garanties !

Les parcs nationaux sont tous très beaux, on en dénombre 12 répartis dans le pays. Le parc de Kempff, dans la province de Santa Cruz, rendu célèbre pour avoir inspiré l’auteur deJurassic Park, Conan Doyle. Le Pantanal, à cheval sur le Brésil, est une zone de marais qui héberge d’incroyables variétés d’oiseaux, crocodiles, et une flore unique au monde.

Il vous faudra donc choisir les régions que vous parcourez, en fonction de votre désir de découverte, mais aussi de votre condition physique. Assurément, vous garderez un souvenir inoubliable de la Bolivie, et y retournerez, pour d’autres émotions.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*